mercredi 26 avril 2017

ReporStage : Sophie chez Hapik

Cette année encore nous vous proposons de découvrir un(e) étudiant(e) sur son lieu de stage. Sophie a réalisé son année de M2 en Angleterre. Elle est revenue en France pour effectuer un stage chez Hapik (contraction de Happy et Pic), un centre d'escalade ludique. 


Sophie, peux-tu te présenter

Sophie, 24 ans, A.K.A l'anglaise. J'ai effectué un Bac L et ensuite je suis allée à l'Université de Rennes pour intégrer une licence en langues étrangères appliquées. Après quelques années, le sport me manquait et je voulais me diriger vers ce milieu, c'est pourquoi j'ai poursuivi mes études en STAPS à l'Université de Caen. Là, me voilà en Master2 en management du sport. Pour mon projet pro, je m'intéresse énormément à la communication et le marketing. Mon rêve, c'est de pouvoir me diriger plus tard vers le milieu de la gymnastique puisque c'est un sport que j'apprécie énormément. Pour ma dernière année, j'ai eu beaucoup de chance puisque j'ai effectué une grande partie de mon année en Angleterre et je suis rentrée pour commencer mon stage. 

Tu le fais où?

Cette année je suis en stage chez Hapik, un centre d'escalade ludique super cool pour les grands comme les petits. J'y suis pour 5 mois en tant que Business Developer. Mon lieu de stage se trouve à l'intérieur du Décathlon Mondeville. Mes missions sont de développer le portefeuille client, promouvoir le centre auprès des cibles déterminées et de participer à la vie du centre.

Ca se passe bien? 

Ca se passe super bien, c'est une ambiance très décontractée et j'ai été très bien accueillie. Tous les jours je mets en pratique mes connaissances que j'ai accumulées au cours de mes années d'études. Mon stage en tant que community manager en M1 m'a permis de développer des astuces pour bien entamer mon travail ici. La chose que j'apprécie le plus dans ce stage c'est que je travaille toute seule et je suis très autonome. On me confie sans problème des tâches et je fais partie de l'équipe. J'effectue énormément de travail en tant que business developer mais je suis également sur le terrain ce qui me permets d'avoir un contact direct avec les clients. 

C'est pas trop dur l'escalade ?

Je conseille à tout le monde de venir essayer, c'est quelque chose à faire au moins une fois. Personnellement, je ne suis pas très fan de l'escalade mais là c'est beaucoup plus amusant et abordable pour les amateurs. C'est aussi très physique et ça permet de développer la confiance en soi. Ca fait toujours plaisir de voir les enfants se surpasser!


lundi 24 avril 2017

Retour sur les conférences des M2 MDS à Paris, entretien avec Hilde.

En février dernier, les M2 MDS ont passé 3 jours à Paris pour échanger avec des acteurs du sport. Ils ont eu l'occasion de visiter l'INSEP, le Tremplin, l'Equipe, le stade Jean Bouin ou encore la LFP. Ce moment apprécié des étudiants a été mis en images par Hilde (M2 MDS). Nous lui avons posé quelques questions. 


Hilde, peux-tu te présenter? 
Je m’appelle Hilde, j’ai 23 ans et je suis actuellement en M2. J’ai débuté mes études par un BTS Tourisme puis une licence professionnelle management du tourisme sportif avant d’intégrer le master MDS à Caen. A moyen terme, je souhaiterais obtenir un poste enrichissant et responsabilisant dans le secteur de l’événementiel sportif dans un organisme mettant en place des événements sportifs d’envergure telles que des épreuves de courses à pied par exemple (Marathon).

En quoi consiste le cycle de conférences à Paris ? 
Le séjour à Paris avait pour but de découvrir différentes infrastructures sportives et d’assister à un certain nombre de conférences professionnelles. Nous avons commencé le séjour par une visite à l’INSEP. Le lendemain, nous nous sommes rendus au stade Jean Bouin, d’abord pour découvrir « le Tremplin », un incubateur de start-ups dédié au sport et à l’innovation siégeant au sein de l’enceinte sportive puis de faire le tour du stade. L’après-midi nous avons été accueilli par les community managers du journal l’Equipe. Nous avons finalisé le cycle par une conférence à la LFP. 

Comment a germé l’idée d’en faire un reportage vidéo ? 
Je souhaitais faire une vidéo pour montrer les instants passés à Paris, les visites que nous avons effectué et d’argumenter la qualité du séjour, c’était une chance de pouvoir s’y rendre.
Sportacaen m’a proposé d’en faire un petit reportage, j’ai accepté. 

Comment travaille t-on pour produire ces images ?
J’avais une idée en tête de la manière dont je voulais rendre la vidéo. J’ai réfléchi au « scénario » et la trame que j’allais suivre tout au long de la vidéo. Ensuite, j’ai filmé sur place, j’avais environ 150 prises de vues exploitables, j’ai fais un tri de ce que je voulais faire ressortir, j’ai coupé les vidéos, trouvé la musique et HOP ! Le montage m’a pris quelques heures sur un logiciel spécialisé, qu’est Sony Vegas Pro.

Tes camarades t-ont fait un retour sur la vidéo ? 
Oui, l’ensemble de la promo était ravi d’avoir un souvenir du séjour. 

Combien de fois a t-elle été vue? 
Elle a été vu 3 100 fois, c’est un très bon chiffre, elle fait partie des vidéos les plus visionnées sur le site.

As tu produit d’autres vidéos ? est-ce une compétence que tu fais valoir ? 
Je réalise de temps en temps des vidéos pour Sportacaen.fr, parfois ce sont des résumés de matchs, des interviews ou encore un retour sur un événement ponctuel, comme le Meeting d’Athlétisme de Mondeville par exemple. C’est une compétence que je fais valoir s’il est nécessaire pour une opportunité professionnelle, sinon cela reste avant tout un « loisir » de réaliser des vidéos.

Retrouvez les conférences parisiennes des M2 MDS sur les médias sociaux : 

A l'INSEP


Une photo publiée par StapsCAENmds (@stapscaenmds) le

Jeudi Le Tremplin - Stade Jean Bouin - L'Equipe







Une photo publiée par StapsCAENmds (@stapscaenmds) le

Une photo publiée par StapsCAENmds (@stapscaenmds) le
Vendredi - LFP

mardi 7 février 2017

[Portrait d'étudiant] A la rencontre de Maxime Pélerin...

Maxime Pélerin
Étudiant en M1 Management du Sport STAPS à Caen
Originaire de Rennes


Peux-tu te présenter brièvement ?

Maxime Pélerin, bientôt 24 ans. J’ai fait un Bac ES puis j’ai enchaîné avec deux années en DUT Techniques de Commercialisation (DUT TC). Je suis ensuite parti un an en Australie, où j’ai voyagé pendant 5 mois et travaillé le reste du temps.
A mon retour en France, j’ai fait une L3 dans le commerce/marketing international à Vichy. J’ai choisi cette formation car tous les cours étaient en anglais et en espagnol, ce qui me permettait de ne pas trop perdre mon niveau d’anglais. Et comme j’ai fait allemand au lycée, c’était une bonne occasion pour moi de commencer l’espagnol.
L’année dernière, j’ai fait une deuxième L3, en STAPS, dans la filière « Entrainement Sportif ». Cette licence n’avait pas de but professionnel mais je souhaitais simplement bénéficier des connaissances dans la préparation physique et mentale à titre personnel. Et cette année, je suis en M1 Management du Sport car le management m’a toujours plu, de même que le secteur sportif.

Qu'aimes-tu faire en dehors des cours ?

En dehors des cours, je fais beaucoup de sport. Environ 12 heures par semaine. Je fais du football, de la musculation, un peu de course à pied et en ce moment, pour ma rééducation au genou, je fais du vélo.

As-tu réalisé des stages ou actions bénévoles au cours de ton cursus scolaire ?

Lors de ma première année de DUT TC, je suis parti pendant deux mois à Montréal (Canada), où j’étais vendeur spécialisé à « Personal Edge ». Je conseillais et vendais des petits appareils électro-ménagers, des rasoirs, des épilateurs pour femmes... (rires). C’était une bonne expérience pour moi, cela m’a permis de découvrir de nouvelles façons de travailler et de manager.
En deuxième année, j’étais dans une agence immobilière sur Rennes. Je m’occupais de la communication, du marketing, et j’étais également en charge de réaliser les visites pour les biens en location. Durant cette année ci, nous avions en parallèle un projet à mener. J’ai décidé d’organiser la Régate des IUT. C’est un gros événement qui rassemble une 40aine d’équipages, et environ 300 personnes sur un week-end. Je m’occupais des relations avec les médias, et de la comptabilité (60,000 euros de budget). C’était vraiment enrichissant, puisque cela constituait ma première expérience dans l’événementiel sportif, avec un projet de grande ampleur.

Lors de ma L3 dans le commerce international, j’ai fait un premier stage d’un mois en Lettonie. Ce stage devait durer deux mois mais comme le gérant de la société était à l’hôpital (et qu’il était le seul à parler et à comprendre l’anglais), j’ai décidé d’arrêter mon stage. Je suis ensuite parti en Espagne, dans une agence immobilière spécialisée dans les locations étudiantes. Une bonne expérience puisque j’ai pu améliorer mon anglais, mon espagnol, et puis cela m’a permis de rencontrer de nombreux étudiants.
Pour cette année, j’aimerais bien faire mon stage dans un pays anglophone, dans un club de remise en forme. J’aimerais y développer la clientèle, les activités, et plus globalement les revenus. C’est un de mes projets d’ouvrir une salle de sport à l’étranger, et je pense que cela pourrait constituer une bonne opportunité de voir ce que l’on peut faire et ne pas faire.

Pourquoi faire ton Master MDS à Caen ?

Comme l’année dernière j’étais en « Entraînement Sportif » à Caen et que ce master est mieux réputé que celui de Rennes (où j’avais eu de très mauvais retours), j’ai décidé de continuer ma formation ici.

Vas-tu consulter parfois le blog, le twitter du Master MDS ?

Je suis le Twitter @StapsCAENmds, le compte @BibSTAPS ainsi que les comptes Twitter des professeurs. Cela me permet de rester au courant des dernières innovations et informations dans le secteur sportif.
Concernant le blog, je n’y allais que très rarement en début d’année. Dorénavant, j’y vais un peu plus, surtout pour consulter les interviews et le devenir des étudiants de M2. C’est d’ailleurs une très bonne chose que les étudiants de notre promo prennent l’initiative d’animer le blog et de faire parler un peu plus du master !

Dans quel domaine souhaites-tu te professionnaliser ?

La création d’entreprise à l’étranger m’intéresse fortement. J’ai vraiment envie de découvrir d’autres régions du monde, avec une qualité de vie différente. Je souhaite découvrir un autre schéma de travail, autre que celui que l'on peut trouver ici, en France.
J’aimerais développer mon concept de salle de remise en forme, avec coin musculation, piscine, crossfit, récupération… Je pense sincèrement qu’il y a beaucoup d’opportunités dans ce domaine. Mais je ne suis pas bloqué sur cette idée, je reste ouvert à toutes les propositions.

Tu es arrivé à Caen l'année dernière ; que penses-tu de la ville ?

Comme je suis en collocation avec Clément Guest (étudiant de la promo) pas très loin du campus 2, il est vrai qu’on ne sort pas souvent en ville. Mais ça semble être une ville agréable, avec ses rues piétonnes et ses monuments.
Mais c’est vrai qu’à part la mer, les casinos et le château, je ne connais pas grand-chose de la ville de Caen.

Au niveau sportif ?
Je trouve qu’il y a beaucoup de choses à faire à Caen au niveau sportif. On a été voir plusieurs fois le SM Caen, d’ailleurs ils ont perdu à chaque fois (rires). On a aussi été voir l’équipe de France espoirs en début d’année à d’Ornano, les féminines de l’AG Caen, ainsi que le hockey sur glace dont Martin Ropert (étudiant de la promo) fait partie. C’était d’ailleurs vraiment sympa, je recommande !
Et avant la fin de l’année, j’aimerais bien aller voir le CBC au Basket et les vikings de Caen en handball.

Pour finir, as-tu une anecdote ?

Non, pas d’anecdote mais une petite annonce à passer : je vends mon ordinateur HP (excellente qualité), presque tout neuf... si quelqu’un est intéressé, qu’il n’hésite pas à me contacter !

 Rédigé par Léa Quinio

lundi 23 janvier 2017

[Portrait d'étudiant] À la rencontre de Léna Ouedraogo

Léna Ouedraogo
Etudiante en M1 Management du Sport STAPS à Caen


Bonjour Léna. Peux-tu te présenter brièvement ?

« Salut ! Moi c’est Léna Ouedraogo, j’ai 21 ans et je suis originaire de Caen depuis toujours. J’ai obtenue un BAC ES, puis un DUT Technique de Commercialisation (Tech’ de Co). À la base je ne comptais pas faire STAPS, puis on m’a parlé du Master MDS STAPS à Caen qui m’a plu. J’ai donc décidée de faire la L3 MDS STAPS à Caen pour appliquer les techniques de commerces acquises durant ma formation au domaine sportif. Me voilà désormais en Master 1. »

Comment se déroulait la formation Tech’ de Co ? Est-ce que tu avais des stages ?

« Tech’ de Co c’est 1/3 théorique et 2/3 pratique. J’ai eu pas mal d’exposés et de projets à organiser avec des commanditaires, ainsi que des professionnels extérieurs venant faire des interventions. On était 120 personnes en 1ère année, puis un peu moins sur la 2ème année, avec des TD d’environ 20 personnes, ce qui était bien pour avoir un contact direct avec les professeurs. En 1ère année, j’ai fais un stage de vente de 3 semaines où je faisais du rangement de magasin, de l’étiquetage etc. D’ailleurs, cela m’a permis de voir que je ne veux pas du tout faire ça *rire*. J’ai également réalisé un stage en 2ème année de 8 semaines à l’ASPTT de Caen, où c’était globalement de l’organisation d’événements omnisports et de la communication sur le club. »


Comment as-tu connu le Master MDS STAPS à Caen ?

« Au départ c’était du bouche à oreille. Des profs en parlaient, puis je suis allé faire des recherches sur internet où j’ai découvert le Blog et la page de l’université présentant la maquette qui m’a attirée. C’est la formation du Master 2 qui m’a tout particulièrement attirée, notamment par sa renommée. De plus, elle se rapproche du fonctionnement du DUT TC, ce qui est un point positif pour moi car j’avais beaucoup aimé son fonctionnement. »


Quel est ton projet professionnel ? Qu’est ce qui t’intéresse le plus ?

« Ce qui m’intéresse c’est la Communication. Pour l’instant je m’intéresse au public, mais je ne suis pas fermée sur un secteur en particulier. J’aimerai justement faire un stage pour découvrir le monde de la communication, particulièrement au niveau des collectivités territoriales, et je souhaite surtout approfondir mes connaissances dans le monde sportif. Je ne sais pas encore si je me dirige vers le domaine sportif pour mon futur métier. Cela peut être par exemple dans la culture ou le tourisme, je suis assez ouverte et curieuse pour le moment. »

As-tu des expériences de bénévolat ?

« Je fais du cheval à la base. J’ai donc réalisée pas mal de bénévolat dans mon club (entretien, encadrement de jeune et la page Facebook), et j’ai également été bénévole pour les Jeux Equestres Mondiaux 2014. J’ai fais « les petites mains » avant l’organisation, puis assistante de juge pendant l’événement, ce qui m’a beaucoup plu car j’étais au cœur de l’événement où je pouvais tout voir ! Je ne pouvais pas être au plus près de la compétition. J'ai même apprécié faire les « petites mains », car je me sentais vraiment utile et importante à l’organisation. »


Comme tu es à Caen depuis toujours, que penses-tu de la ville ?

« Je trouve que la ville de Caen est super sympa et animée ! Il y a beaucoup de chose à faire même si ce n’est pas une grande ville. Je suis assez curieuse, du coup je vais voir des spectacles sportifs divers (basket, foot, hand etc) et je suis allé au festival de musique Beauregard pendant les premières éditions. Sinon la vie étudiante est « très vivante » ! Ce qui est bien, c’est que ça bouge toute l’année. Il faut parfois résister à ne pas sortir et rester concentrée sur les études *rire*. »


Des centres d’intérêts ?

« Comme tout le monde j’aime bien sortir, aller au cinéma, voir des amis, mais globalement j’aime tout. Je fais tout de même pas mal de musculation à côté, ce qui me prend du temps mais cela permet de décompresser ».